Sexisme en Médecine

La journée internationale des droits des femmes a pris cette année une tonalité particuliere depuis les révélations, l’automne dernier, sur les agissements du producteur de cinema Harvey Weinstein et le vaste mouvement international de libération de la parole des femmes qui s’en est suivi. Un mouvement qui a démontré que toutes les catégories socio professionnelles étaient concernées par les problèmes de sexisme et de harcèlement sexuel.
 
Et le milieu médical n’échappe pas à la règle, notamment chez les futurs et jeunes médecins. Différentes études internationales rapportent entre 30% et 70% de victimes de sexisme chez les étudiants et jeunes médecins (1 et 2). En France, une enquête (3) lancée en Octobre 2017 par nos collègues de l’ISNI sur près de 3 000 internes, aux trois quarts des femmes, révèle qu’environ 9% ont subi une forme de harcèlement sexuel (des agissements imputés aux médecins et supérieurs hiérarchiques une fois sur deux et presque jamais à l’origine de procédures judiciaires – 0,15%).
 
Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) avait déjà parlé des problèmes de sexisme/machisme en médecine lors de la précédente journée des droits des femmes le 8 mars 2017 (4) et sa nouvelle présidente, le Dr Sayaka Oguchi, à la tête d’un bureau entièrement féminin (5), en a fait en décembre 2017 un des axes de travail prioritaire du syndicat.
Conflit autour d’une fresque sexiste à l’internat de l’hopital Purpan (CHU Toulouse)
Au vu de son engagement, le SNJMG faisait état en Janvier 2018 de l’action du collectif « jeudi 11 » et de membres du Syndicat de la Médecine Générale (SMG) à propos d’une fresque sexiste (Fresque où seules les femmes sont nues en situation de soumission, tous les hommes étant habillés) imposée au regard de tous à l’internat de l’Hôpital Purpan du CHU de Toulouse (6).
Avant la journée du 8 mars 2018, ni la direction du CHU de Toulouse, ni le doyen de la faculté de Purpan, ni aucune organisation médicale (en dehors du collectif « jeudi 11 », du SMG et du SNJMG) ne s’est exprimé sur le devenir de la fresque… Devant cette absence de réaction, le SNJMG a exprimé le  8 mars 2018 son soutien au recours du défenseur des droits par le collectif « jeudi 11 », à l’origine de la mobilisation d’externes et d’internes. 
Ce même 8 mars 2018, à l’occasion d’un comité technique d’établissement (CTE), Mme Anne Ferrer, la directrice du CHU de Toulouse, interpelée par les représentantes Sud Santé Sociaux 31, annonçait qu’elle demandait officiellement au bureau de l’internat de l’hopital de Purpan de procéder au retrait de la fresque.

La direction du CHU de Toulouse a précisé dans un article de la Dépêche du midi (publié dans la journée) que « l’égalité homme/femme sera la priorité (du) prochain projet d’établissement avec cette volonté d’en finir avec la culture sexiste qui peut encore exister au sein du monde carabin ».

 

Le 12 mars, lors du conseil de surveillance du CHU, Mme Anne Ferrer, la directrice du CHU de Toulouse, interpelée par un ancien président du SNJMG, précisait qu’elle avait souhaité l’ouverture du dialogue au sein de l’internat (elle se réjouissait au passage de la tenue d’un débat sur le sujet le 15 mars à l’internat de Purpan) et qu’elle avait trouvé opportun d’intervenir lors du CTE organisé le 8 mars pour annoncer officiellement sa demande du retrait de la fresque. Cette demande qui n’a pas été contesté lors du conseil de surveillance lui a valu les remerciements et les félicitations des représentants des collectivités territoriales (Mairie de Toulouse et Conseil departemental de la Haute Garonne).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s